Toulouse 1-1 Reims · Un nul satisfaisant

L’avant-match

Après cette trêve internationale d’octobre, le Stade de Reims se déplacent à Toulouse, actuel 10ème de Ligue 1. Les Toulousains restent sur une dynamique plutôt positive puisque, malgré le scénario cruel avec l’égalisation en fin de match à Brest, obtenir un nul en Bretagne est positif au vu de leur début de saison canon. Et avant cette rencontre, les Haut-Garonnais restaient sur deux victoires consécutives face à Metz (3-0) et en Europa League face au club autrichien du LASK (1-0).

Cet été, les Violets ont connu de grands changements au sein de l’effectif vainqueur de la Coupe de France avec les pertes de Dupé, leur gardien titulaire, de leur trio du milieu Van Den Boomen, Spierings et Dejaegare, du prometteur ailier Chaïbi ou encore du brésilien Ratão. A prendre également en compte la grave blessure du marocain Aboukhlal survenue en début de saison. Ils ont néanmoins pu compter sur un retour inattendu en ce début de saison puisque le néerlandais Spierings, qui a signé libre au RC Lens au mercato estival, a été prêté au club occitan le mois dernier après une adaptation difficile dans le club du Nord. Il s’ajoute aux nombreuses arrivées, parmi lesquelles figurent le Norvégien Donnum, l’ex-bastiais Magri, le retour de prêt de Begraoui et l’éclosion surprise de Restes. Le TFC s’est également séparé de son entraîneur, Philippe Montanier, remplacé par son adjoint, le catalan Carles Martinez qui entraîne pour la première fois de sa jeune carrière un effectif sénior d’un club professionnel après avoir été en charge des sélections jeunes du Koweit et des U16 du FC Barcelone, entre autres.
Après un début de saison manqué, les Toulousains semblent sur de bons rails et la réception des Champenois au Stadium sera un test important pour l’équipe la plus jeune d’Europe de ce début de saison.

Côté Rémois, la pause internationale n’a pas permis à Teuma de se remettre de sa blessure survenue lors du match contre Monaco. Nous avons également vu Nakamura se blesser avec sa sélection, ainsi que Matusiwa lors du match amical face au Swift Hesperange. Les Rouge et Blanc auront à coeur de reprendre leur marche en avant après la défaite subie à Delaune face au leader monégasque. En pointant au 5ème rang à l’aube de cette 9ème journée de Ligue 1, qui clôturera déjà le premier quart du championnat, ce match est l’occasion pour le Stade de Reims de rester accroché au wagon de tête et de montrer ses ambitions cette saison. Au contraire, une défaite pourrait faire chuter le club Marnais hors des places européennes.

Lors des précédentes confrontations entre les deux clubs, les derniers matchs marquants sont évidemment les deux éliminations rémoises en Coupe de France, celle de la saison dernière en quart de finale (3-1) et celle de 2019 après un match fou se soldant par un 4-4 et voyant Reims se faire, une fois de plus, sortir aux tirs aux buts.

 

Le film du match

Avec l’absence d’éléments importants, notamment au milieu de terrain, Will Still décide de modifier son système de jeu pour passer à un 3-5-2 avec un trio défensif Agbadou/Okumu/Abdelhamid, Foket et De Smet en pistons, un milieu à trois composé d’Atangana, Richardson et Munetsi et un duo d’attaque mené par Ito et Daramy.

L’absence la plus préjudiciable est sûrement celle de Matusiwa. Il est le régulateur du milieu de terrain, celui qui colmate les brèches, compense les montées de ses coéquipiers, oriente le jeu et dicte le rythme. Au sein de l’effectif, aucun autre joueur ne peut endosser ce rôle et l’entraîneur rémois, en mettant en place ce système, en est conscient et veut avoir une assise défensive plus stable permettant de limiter les conséquences des trous qu’il risque d’y avoir au milieu de terrain. Le coach belge maintient cependant son milieu à trois dans le but d’avoir une certaine maîtrise de l’entrejeu, de garder des joueurs d’impact, de duel.

En ce début de match, l’équipe rémoise semble à l’aise au contraire des Toulousains, visiblement gênés et qui n’arrivent pas à mettre en place leur jeu. Le 4-1-4-1 des hommes de Carles Martinez, avec des ailiers qui aiment manier le ballon et ne sont pas vraiment des ailiers percutants, se heurte à la densité physique de l’axe défensif rémois et à un pressing important, plutôt bien organisé.

Les Rouge et Blanc ont la mainmise sur le début de rencontre et ne tardent pas à se créer de grosses occasions. Ils vont heurter les montants du jeune portier des Espoirs de l’Équipe de France à trois reprises dans cette première période. En électron libre, Ito est intenable et met au supplice la défense des Violets. Au fil de ce premier acte, l’intensité baisse progressivement et les débats s’équilibrent avec des occasions qui se font plus rares. Le TéFéCé se projette très rapidement vers l’avant et essaie d’exploiter les espaces sur les côtés, à l’image de cette percée de Suazo sauvé in extremis par Agbadou en toute fin de mi-temps. Les deux équipes rentrent aux vestiaires sur un score de parité et les Champenois peuvent nourrir des regrets. On peut imaginer que le jeune entraîneur espagnol, sans doute pris de court en début de rencontre par le schéma tactique mis en place par son homologue belge, a dû apporter des ajustements pour être moins en souffrance.

Ce sont cependant les Marnais qui ouvrent le score dès le début de ce second acte. Sur un énorme travail d’Ito, Richardson récupère le ballon à l’entrée de la surface et crucifie Restes. Ce but récompense la bonne entame de deuxième période des Rémois qui, lors des dernières rencontres, ont eu des difficultés à bien débuter la deuxième mi-temps.

Malheureusement, le joie sera de courte durée puisque sur un ballon aérien plutôt anodin de Suazo, Logan Costa, le défenseur central formé à Reims remporte son duel face à Okumu et prolonge le ballon pour Dallinga qui, à l’extrême limite du hors-jeu se défait du marquage d’Abdelhamid et devance la sortie de Diouf pour propulser le ballon dans les cages rémoises. Froid réalisme des locaux qui n’ont pas le temps de cogiter et égalisent dans la foulée. Les premiers changements vont intervenir assez rapidement avec la sortie de Daramy, qui aura été peu en vue. Multipliant pourtant les appels en profondeur pour étirer au maximum cette défense toulousaine, il aura été assez peu servi et, quand ce fut le cas, n’aura fait que peu de différences. On sent que ce poste d’attaquant de pointe ne lui est pas vraiment familier et qu’il manque un véritable titulaire à ce poste. Oumar Diakité le remplace : il sera intéressant, imposant son physique dans les duels, décrochant souvent mais alternant en prenant également la profondeur. Une entrée ne jeu intéressante ponctuée d’une tentative de retournée manquée, mais qui était à tenter.

Malgré les deux buts, cette mi-temps est plus terne en termes d’occasions, les deux équipes se neutralisant. C’est donc l’occasion pour Still d’effectuer d’autres changements en faisant sortir ses deux pistons Foket et De Smet, remplacés par Diakité et Wilson-Esbrand ainsi qu’Atangana par Khadra, un changement clairement offensif, le jeune allemand ayant pour rôle d’être en soutien des deux attaquants. Si l’entrée en jeu des pistons est assez quelconque, celle de Khadra apporte un petit plus technique, bien que ce dernier ait toujours autant de mal à s’intégrer correctement dans le collectif. À noter également l’entrée en jeu du jeune Amadou Koné, remplaçant Richardson pour sa première en Ligue 1.

La fin de match est clairement à l’avantage des Toulousains qui, dans les dix dernières minutes de la rencontre, vont pousser pour prendre l’avantage au score. Mais Diouf, par trois fois, repousse les tentatives adverses par de superbes parades permettant au hommes de Will Still de revenir du Stadium de Toulouse avec le point du match nul.

 

L’après-match

Si au bout des 90 minutes, le nombre d’occasions franches est plutôt équilibrée, le manque de réalisme des Rémois lors de la première mi-temps laisse un goût amer. Malgré tout, au vu des absents, du nouveau système de jeu mis en place et de la bonne forme des Occitans dernièrement, on peut être plutôt satisfait du résultat. Passé l’effet de surprise du premier quart d’heure, les Toulousains ont pris petit à petit la mesure de notre jeune équipe alignée ce dimanche. Chaque équipe a eu un gros temps fort durant la rencontre et le résultat final semble, avec le recul, plutôt cohérent et mérité. Des réglages sont encore à trouver pour compenser les absences de Teuma et Matusiwa mais on sent que cette équipe a les qualités et l’effectif pour bien figurer cette saison en Ligue 1. Reste à voir comment le technicien Belge va s’adapter pour la réception de Lorient le week-end prochain…

 

Le Stadiste du match

Il est encore tellement au-dessus du lot aujourd’hui qu’il est impossible de désigner un autre joueur que Junya Ito Stadiste du match. Positionné dans un rôle plus axial, comme à l’époque García où il avait déjà été très performant, le Japonais a été intenable. Il est le grand artisan du but rémois et aurait pu en inscrire un si le poteau en avait décidé autrement. Il est actuellement au sommet de sa forme et en pleine confiance, on en peut que se réjouir de l’avoir dans nos rangs.

 

9ème journée · Toulouse 1-1 Reims
Buteurs : Thijs Dallinga (51’) – Amir Richardson (48’)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Reims Média Football

© 2024 · Reims Média Football